Vivre avec un anti-aromatase

descriptive image

Comment ça se passe ?

Les anti-aromatases sont des comprimés à avaler tous les jours. On peut le prendre pendant le repas ou à un autre moment de la journée, l'important c'est de le prendre tous les jours à la même heure. 

Il faut l'avaler d'un coup avec un grand verre d'eau sans le couper, croquer ou sucer. On peut le broyer si on a une sonde de nutrition ou des difficultés pour avaler.

C'est un traitement long : il va falloir le prendre tous les jours pendant 5 à 10 ans. Mais cet effort a un résultat clair : beaucoup moins de possibilités de récidive.

Quels effets au quotidien ?

Les effets secondaires sont assez fréquents, surtout les premiers mois. On peut les contrôler ou les réduire avec une bonne alimentation et une activité physique modérée mais régulière. Mais il y a aussi beaucoup de patientes qui n’en sentiront aucun et la majorité n’en aura plus après les premiers mois. 

Vous trouverez ci-dessous la liste des possibles effets secondaires et des conseils pratiques pour se sentir le mieux possible jour après jour.


Quand consulter le médecin ?

Filtres applicables :

Parlez à votre équipe soignante des effets secondaires que vous rencontrez. Ils vous proposerons des solutions pour les réduire et les contrôler au quotidien. Le plus simple et rapide est de consulter votre médecin généraliste qui saura vous répondre et vous orienter vers les spécialistes les plus indiqués pour vos problèmes concrets.

Il est important de ne pas arrêter de prendre l'hormonothérapie sans en parler à votre médecin. Si les effets secondaires ne peuvent être contrôlés, votre médecin peut vous proposer un changement de médicament, de dosage ou un autre type d'hormonothérapie.

Très souvent, il est utile aussi de faire appel à des professionnels spécialisés sur les effets que vous rencontrez (par exemple, sexologue, gynécologue, etc.)  qui pourront vous apporter des réponses plus précises en complément de celles de votre oncologue.

Suivi médical

Au début du traitement, l’oncologue va vouloir vérifier l’état de santé de vos os pour compléter le traitement si nécessaire. Par la suite, cela servira aussi pour voir s’il y a une évolution à prendre en compte.

On va donc faire : 

  • une image des os (ostéodensitométrie) - ce sont des rayons X
  • un examen sanguin (bilan phosphocalcique) pour vérifier le niveau de calcium


Ensuite, il y aura des examens de surveillance tous les deux ou trois ans, ou si vous signalez à votre médecin des douleurs au niveau des os.


En parallèle, on recommande un suivi du niveau de graisse dans le corps (bilan lipidique) annuel, car cela influe sur la production d’hormones après la ménopause.

Deuxième avis

Vous avez entièrement le droit de demander un deuxième avis médical en complément de celui de votre oncologue habituel si vous ne trouvez pas les réponses à vos questions.
Vous pouvez le demander facilement :

  • auprès du Centre Unicancer Léon Berard, qui propose un formulaire en ligne.
  • auprès de l’institut Gustave Roussy qui prend en charge un second avis en envoyant le dossier par mail
  • sur deuxiemeavis.fr, un site qui permet facilement d’obtenir des réponses d’experts médicaux et qui est pris en charge par de nombreuses mutuelles.

Les précautions à prendre

Filtres applicables :

Les principaux médicaments qui peuvent interagir avec l’Exemestane et le Letrozole sont :

  • la rifampicine (Rifadine®)
  •  la phénytoïne (Dihydan®)
  • la ritonavir (Norvir®)
  •  la carbamazépine (Tegretol®)


Avec quels médicaments faut-il faire attention ?

Filtres applicables :

Les principaux médicaments qui peuvent interagir avec l’Exemestane et le Letrozole sont :

  • la rifampicine (Rifadine®)
  •  la phénytoïne (Dihydan®)
  • la ritonavir (Norvir®)
  •  la carbamazépine (Tegretol®)

Les principaux médicaments qui peuvent interagir avec l’Anastrazole sont :

  • l'aripiprazole
  • la dofétilide
  • l'hydrocodone
  • le lomitapide
  • la méthadone
  • les médicaments renfermant de l'œstrogène
  • le pimozide
  • le tamoxifène
  • la warfarine

Que dire à ses proches pour leur faire comprendre l’hormonothérapie ?

Filtres applicables :
Patient

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la fin des traitements du cancer est une période souvent déstabilisante pour les patients.  Après avoir affronté des moments difficiles, patients et proches souhaiteraient en avoir fini, mais ce n’est pas si simple. Il va falloir encore beaucoup de temps pour récupérer physiquement et psychologiquement. 


A cela s’ajoute le début de l’hormonothérapie, qui est un nouveau traitement pour de nombreuses années supplémentaires. La prise de médicaments rappelle tous les jours  que le cancer n’est pas éradiqué définitivement.


Pour les proches, il est parfois difficile de comprendre et d’accepter que le traitement n’est pas fini, ce qui conduit parfois à moins d’attention envers vous. C’est dans le dialogue que vous pourrez leur faire comprendre que vous continuez de souffrir des conséquences de la maladie au quotidien. N’hésitez pas également à les encourager à vous accompagner à certains rendez-vous médicaux pour qu’ils l’entendent de la bouche du médecin.


Sous hormonothérapie, certains effets s’installent dans la durée et cela a aussi des conséquences pour vos proches aidants. Vivre avec une personne malade a un impact sur le long terme. Parfois, ils auront également besoin d’aide, vous pouvez les orienter vers des groupes de proches de la ligue contre le cancer ou cancer info au 0 805 123 124. N’hésitez pas à vous faire aider par les professionnels de santé et les psychologues. 


Vous pouvez consulter sur ce site les conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien avec l’hormonothérapie, ce qui peut être fait de votre côté et aussi en se faisant aider. Certaines activités peuvent être partagées avec vos proches, ce sera d’autant plus agréable.


Que faire en tant que proche d’une patiente sous hormonothérapie ?

Filtres applicables :
Proche

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la fin des traitements du cancer est une période souvent déstabilisante pour les patients.  Après avoir affronté des moments difficiles, patientes et proches souhaiteraient en avoir fini, mais ce n’est pas si simple. Il va falloir encore beaucoup de temps pour récupérer physiquement et psychologiquement. Et comme le suivi médical devient moins fréquent, les patientes se sentent souvent abandonnées. 


A cela s’ajoute le début de l’hormonothérapie. Il s’agit bien d’un nouveau traitement pour la patiente qui s’ajoute aux précédents et qui va durer de nombreuses années. La prise de médicaments lui rappelle tous les jours  que le cancer n’est pas éradiqué définitivement.


De plus, le traitement agit sur les hormones et peut provoquer, surtout au début, de nombreux effets au quotidien : bouffées de chaleur, douleurs musculaires, changements d’humeur, perte de libido, douleurs durant les rapports sexuels et de nombreux autres effets.


En tant que proche, il va vous falloir être patient et compréhensif pendant de nombreuses années. Les souffrances dont elle vous fait part sont bien réelles et s’accumulent dans la durée. Pour mieux comprendre ce qu’elle ressent au quotidien, la meilleure solution est toujours le dialogue et les échanges. Il faut aussi savoir prendre le temps pour accepter les changements et s’ajuster au jour à jour, aussi bien pour elle que pour vous..


Vous pouvez consulter sur ce site les conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien avec l’hormonothérapie, ce qui peut être fait de son côté et aussi en se faisant aider. Parlez-en ensemble sereinement pour essayer de trouver ce qui s’ajuste le mieux à ce qu’elle ressent et qui lui  fait du bien.


En tant que proche aidant, ce n’est pas facile non plus tous les jours. Certains moments sont plus difficiles, et dans ce cas il ne faut pas hésiter à se faire aider et chercher du soutien. Vous pouvez trouver des groupes de proches de la ligue contre le cancer ou de l’écoute sur cancer info au 0 805 123 124. N’hésitez pas aussi à vous faire aider par les professionnels de santé et les psychologues. 


La couverture de

>

vous accompagne

Autour de moi

Écrit par
Olivier Fabre
Validé par
Publié le
17/1/2022

Questions & Conseils de patients

auteur du commentaire
Abeille330

Cela fait à présent bientôt 14 mois que je prend du fémara; à présent, je le supporte trrrès bien! Les crampes, les douleurs,....tout cela a disparu; quel bonheur ! Bien sûr, il me faut quelques secondes lorsque je passe de la position assise à debout; oui, je me sens très raide mais cela passe. Parfois aussi, j'ai des vertiges mais cela passe rapidement. C'est très bien de contrôler cela et je suis sûre que cela fait partie effectivement de la prise de l'anti-hormonal.
Mes examens médicaux sont excellents...
Je fais du sport quasi tous les jours, je "bouge" beaucoup, et j'ai le moral!
Le corps doit s'habituer à tous ces changements mais je crois que cela vaut la peine de tenir le coup.

Je vous souhaite à toutes un bon courage, un bon moral

auteur du commentaire
Cancer Sans Tabou

Merci pour ce témoignage !

S'informer

Des informations pour comprendre son traitement et ses effets
hormonotherapie tamoxifene
Bouffées de chaleur
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Fatigue
hormonotherapie anti-aromatase tamoxifene
Douleurs musculaires et osseuses
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Prise de poids
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Perte de cheveux
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Troubles de la sexualité
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Troubles du Sommeil
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Nausées et troubles digestifs
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Diététicien/ne
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Kinésithérapeute
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Sexologue
hormonotherapie tamoxifene anti-aromatase
Socio-esthéticienne

A l'avenir, il sera possible de se connecter pour pouvoir :

  • Conserver un contenu favori
  • S'abonner à des newsletters     personnalisées
  • Recevoir des évènements près     de chez vous
  • Poster des commentaires et     des questions
fermer

Votre mutuelle est à vos côtés dans votre lutte contre le cancer.

Nous pouvons vous fournir des informations plus détaillées sur les garanties offertes par Malakoff Humanis si vous êtes l'un des 10 millions de français couverts par leur offre santé.

Si vous le souhaitez, précisez ici votre mutuelle :

fermer